Au plaisir d’apprendre répond celui d’enseigner…

Par Muriel

permancence1Nous avons acheté hier la première tablette numérique avec l’argent de la Fondation Orange et c’est donc avec un mélange d’excitation teintée d’angoisse qu’on a proposé ce jour à Marillon (qui n’est plus du tout scolarisée) et Emilie (qui envisage d’intégrer une structure innovante l’an prochain) de créer une ressource en ligne basée sur le videoprototyping. C’est le tout début du projet TransiMOOC.

Pour ceux qui ne le savent pas, le videoprotoyping, c’est faire une vidéo de moins de 3 minutes sur un sujet en racontant une histoire.

Les filles sont partantes. On cherche un sujet commun (l’une est en terminale et l’autre en troisième) et on part sur « la mondialisation en débat » dont Marillon a besoin pour son baccalauréat.

Je les interroge une dizaine de minutes sur ce que cela leur évoque, plein d’idées émergent et finalement, ce qui leur semble important, c’est de trouver une définition de la  mondialisation.

Elles décident de s’éloigner un peu de nous (l’équipe de profs) et demandent à la gaité lyrique où nous faisons nos permanences du vendredi un accès aux ordinateurs. Je vais les déranger une heure et demi plus tard, elles ont 15 onglets ouverts sur la mondialisation, elles ont dessiné la terre, des barrières à découper et rédigé leur scénario. Elles hésitent toujours sur la définition.

2 jeunes femmes apprennent en autonomie

On filme. Le son est désastreux, le film sera à refaire (on vous le montrera peut-être quand même mais on ne se rend pas compte que c’était super). En tous les cas, le sujet est maitrisé. Les filles ont beaucoup aimé cette manière d’apprendre et elles ont été complètement autonomes.

Merci les filles! Vous n’imaginez pas le plaisir que vous donnez à une équipe de profs quand on voit des jeunes se passionner sur un sujet.

Publicités

TransiMooc – Premier Comité de Pilotage

fondation_fr_quadri

Le premier comité de pilotage de lancement de notre projet TransiMooc, financé par la fondation Orange, a eu lieu ce jeudi. Nous remercions chaleureusement toutes les personnes du comité de pilotage qui étaient présentes.

Le principe fondamental de TransiMooc est la production de cours par des jeunes pour d’autres jeunes. Mais ces cours peuvent prendre différentes formes, ce qui a fait débat : faut-il favoriser les ressources en ligne (REL) ou le MOOC ?

Les ressources en ligne (REL) sont produites dans le but d’être mises en ligne. Elles peuvent prendre la forme d’un cours à la demande d’une classe, d’un jeu, d’un quizz, d’une vidéo, etc… Les produire nécessite du temps mais ensuite il n’y a pas obligatoirement d’animation.

Le MOOC est, lui, un cours programmé sur une semaine, complété par tous les outils possibles en ligne (vidéos, jeux, etc.) mais dans un parcours que tous les inscrits réalisent en même temps pendant une durée de 4 à 6 semaines en général. Il nécessite essentiellement la création d’un parcours pédagogique et l’animation des forums où des milliers d’inscrits peuvent être présents. Les éléments de contenu peuvent, eux, être issus du net.

Les REL présentent un grand intérêt pour les élèves qui les produisent mais elles ne génèrent pas l’existence d’une communauté et présentent donc un plus faible intérêt médiatique. Elles n’exigent que de produire des ressources.

Les MOOCs demandent plus de travail de suivi mais moins de travail de production (puisqu’on peut réutiliser d’autres cours et qu’il s’agit d’articuler des ressources existantes et pas nécessairement de les créer). Ils ont un grand intérêt médiatique et génèrent l’existence d’une communauté.

Discussion à suivre …